Accueil

Tahiti Mahana Beach, le projet est sur les rails

L’heure des grands projets a sonné. Au terme de l’appel à candidature, les trois cabinets d’architectes retenus pour le complexe du Tahiti Mahana Beach, le groupe français AS Architecture Studio, le groupe chinois Forebase et le groupe américano-hawaiien Group70 International ont remis chacun le 30 juin dernier leur projet à TNAD qui s’est vu confier le pilotage de cet ambitieux projet. Le jury aura la lourde tâche de départager les trois cabinets qui vont projeter la Polynésie française dans son futur touristique et redonner à son économie la locomotive nécessaire à sa relance.
 

Lire la suite >>

L'actualité en vidéo

L'ACTUALITE DU GOUVERNEMENT DE LA POLYNESIE FRANCAISE

L’heure des grands projets a sonné. Au terme de l’appel à candidature, les trois cabinets d’architectes retenus pour le complexe du Tahiti Mahana Beach, le groupe français AS Architecture Studio, le groupe chinois Forebase et le groupe américano-hawaiien Group70 International ont remis chacun le 30 juin dernier leur projet à TNAD qui s’est vu confier le pilotage de cet ambitieux projet. Le jury aura la lourde tâche de départager les trois cabinets qui vont projeter la Polynésie française dans son futur touristique et redonner à son économie la locomotive nécessaire à sa relance. Les styles sont différents, moderne ou plus traditionnel, néanmoins chacun intègre les contraintes de l’espace et les demandes du pays en terme d’aménagement et de services. Couplé au projet touristique d’Atimaono qui est aussi à l’étude, à celui plus avancé de la ferme aquacole de Hao dont la construction va débuter en octobre, ou du projet de Xisha Noni qui entre dans le concret en décembre, ils vont chacun à leur manière booster notre économie et apporter aux entreprises locales jusque dans les archipels la bouffée d’oxygène tant attendue. Ils vont créer les milliers d’emplois directs et induits dont nous avons impérieusement besoin pour relancer notre économie et repositionner la Polynésie française sur la carte du tourisme mondial. Au fil des années, nous n’avons cessé de reculer au profit de destinations qui ont su affronter les défis du développement en se donnant les outils adaptés à la mondialisation : réduction du coût du travail, diminution du coût de la vie, incitations à l’investissements. Ne soyons pas dupe, si notre destination reste unique au monde les investisseurs ne s’y bousculent pas. Désormais Fiji, Maurice, les Seychelles ou les Maldives ont dépassé la Polynésie française et de loin. Pendant que nous sombrions, ils ont pris l’avantage. Soyons lucide, tirons les leçons qui s’imposent et osons prendre les mesures parfois courageuses que nécessite la reconquête de nos atouts. Les grands projets, et le plus emblématique d’entre eux comme le Tahiti Mahana Beach, portent cette ambition majeure seule à même de nous sortir d’affaire. Comme le disait le Président Gaston FLOSSE devant les partenaires patronaux et syndicaux lors de la récente commission tripartite : « ensemble nous réussirons ou ensemble nous échouerons. Il n’y aura qu’un seul gagnant, ou un seul perdant : notre pays ! »