Ministère de l’Agriculture

Le ministre de l’Agriculture a effectué, vendredi, un déplacement à Papara et Taravao. Au programme : des réunions avec les locataires des domaines AMO I et AMO II et un dialogue fructueux avec plusieurs agriculteurs et éleveurs de cette partie de Tahiti.

 

Une rencontre avec les locataires des domaines AMO, en début de matinée, a ainsi permis d’évoquer le cas de ces terres du Pays mises à disposition d’agriculteurs moyennant une redevance annuelle.

 

Dans le cadre du domaine AMO, deux lotissements ont été créés en 2002. Il existe, au total, 47 lots, 30 lots sur AMO I et 17 lots sur AMO 2. Or, sur les 47 lots, seulement 3 personnes sont en possession d’un bail en bonne et due forme. Il y a donc 44 personnes en attente de régularisation sur l’ensemble du domaine.

 

La plupart de ces terres du Pays, de Papara à Taravao, ne sont en fait déjà plus disponibles. Dans cette partie de Tahiti, il faut aller jusqu’à Teahupoo pour trouver des terres du Pays, destinées à l’agriculture, encore disponibles.

 

Après le cas de ces terrains, une grande réunion était programmée dans les locaux de la CAPL (chambre d’agriculture et de la pêche lagonaire), à Taravao. Tous les agriculteurs de la presqu’île étaient conviés.

 

Le ministre a de nouveau souligné l’importance du développement des productions agricoles en Polynésie française en général, et à Tahiti en particulier, pour répondre aux attentes des consommateurs, et ce dans un contexte où les prix des légumes importés sont souvent plus élevés que les prix des légumes produits localement.

 

Thomas MOUTAME a ainsi cité le cas de salades importées à 5400 Fcfp le kilo alors que la salade produite localement est à 700 Fcfp. Le ministre a aussi renouvelé son souhait de mettre en place une véritable synergie entre les différents organismes oeuvrant dans le secteur de l’agriculture, qu’il s’agisse de la chambre de l’agriculture et de la pêche lagonaire, du SDR (service du développement rural) ou encore de l’EPIC vanille.